Fès ville sainte au rayonnement infini. Joyau de la civilisation, vibrante d'activités avec ses artisans et ses marchands. Enivrante de bruits, d'odeurs et de couleurs, dans le tourbillon perpétuel d'une foule toujours plus dense. L'artisanat est régi par des corporations ancestrales, ce qui en fait l'une des richesses de la ville. Dans chaque quartier, on trouve une spécialité. .Le teinturier brasse les bains multicolores, le tanneur piétine à ciel ouvert les peaux que le maroquinier embellira de fines dorures pour la reliure des livres. C'est à Fès qu'on trouve des maîtres artisans de génie dont on peut admirer l'habileté et la dextérité.

DSC_0044

P1000993

Le travail artisanal est une branche de l'activité humaine basée sur l'outil comme instrument principal utilisant l'énergie humaine. La tannerie en particulier est l'une des activités les plus importantes dans l'artisanat marocain traditionnel. Cette importance vient de ce que le Maroc a toujours été un grand pays d'élevage et que ses forêts fournissaient aux artisans les produits tannants et colorants.

DSC_0341

DSC_0114

Le quartier des teinturiers n’a guère changé : depuis des siècles sont employées les mêmes techniques de coloration. Les peaux tannées et les textiles sont immergés dans des cuves aux parois de céramique et piétinés par les artisans. Certains colorants sont élaborés à partir de pigments naturels : coquelicot, indigo, safran, noyau de datte et antimoine permettent d’obtenir les couleurs rouge, bleu, jaune, beige et noir. Les matières teintées serviront à confectionner les tapis et les objets en cuir, principaux produits artisanaux d’exportation du Maroc. Certains procédés employés sont très agressifs pour l’environnement et pour les artisans, qui travaillent sans masque. La municipalité entreprend actuellement de regrouper les activités artisanales polluantes en dehors de la ville, dans un quartier équipé d’installations de traitement, pour ne garder dans la médina que les pratiques non-polluantes.

DSC_0103

DSC_0102

Les tanneries à Fès se répartissent dans différents quartiers . Mais, elles sont toujours aux environs immédiats de sources d'eau. Il est primordial que l'écoulement d'eau soit constant d'utilisation facile pour deux raisons : elle approvisionne les divers bassins dans lesquels les tanneurs, trempent les peaux au cours de leurs préparations et elle assure le déversement des résidus qui en proviennent.

DSC_0324

DSC_0112

DSC_0363

Les tanneurs étalent les peaux dans les bassins d'eaux pour être progressivement purgées de la chaux qui les a imprégnées au cours des bains précédents. Elles subissent d'abord un lavage préparatoire de deux heures dans le premier bassin puis elles sont jetées dans un second plus profond où une équipe de deux ou trois ouvriers descend pour les fouler méthodiquement, en rythmant leurs efforts par une mélopée caractéristique. Ils sont penchés en avant et prenant appui de leurs deux bras sur la margelle du bassin. Ils plongent leurs pieds en cadence dans les peaux qu'ils foulent et piaffent comme des coursiers impatients. Les peaux évacuent leurs impuretés et les traces de chaux qu'elles gardaient, le tout s'écoule avec l'eau puis se renouvelle constamment. Cette opération dure environ trois heures. Elle est fatigante. A la sortie du bassin ou de la machine, les peaux subissent l'action de bains successifs et variés dans les fosses.
-
Le bain de fiente de pigeons sauvages. Les peaux y restent de quatre à huit jours.
-
Le bain de son. Il s'effectue dans la même fosse seulement après nettoyage. Les peaux y restent de 10 à 15 jours en été. Ce dernier doit être très surveillé parce que les peaux qui auraient été négligées se troueraient rapidement.

DSC_0368

DSC_0119

DSC_0365

Après séchage des peaux, les ouvriers procèdent à la teinture. Cette opération est pratiquée par les tanneurs eux-mêmes sur les terrasses. Les teintes employées sont en nombre extrêmement restreint. Les couleurs les plus fréquentes sont celle des babouches.

DSC_0107

DSC_0109

DSC_0326

Les tanneurs versent la peinture par petits jets sur la peau et l'étendent sur toute la surface côté fleur en frottant de la main pour la faire pénétrer, ensuite les peaux sont étendues sur la paille au soleil.

DSC_0104

DSC_0327DSC_0323

Le quartier des tanneurs et des teinturiers reste le témoignage vivant d'une technique ancestrale.DSC_0373

DSC_0348

Ce quartier de la médina est un régal pour les photographes, je ne peux pas vous montrer toutes nos photos donc le prochain article vous ammenera chez les commerçants de Fès.